2 juin
2016

Nouveau nom de la région : Reductio ad kapitalismus

On apprend dans la presse locale et sur de nombreux sites d’informations en ligne que les «acteurs économiques», s’imaginant être majoritaires, s’engagent en faveur d’un des noms inscrits dans la liste proposée aux habitants qui devront voter à partir du 9 mai afin de désigner un nouveau nom de région.

Pour des raisons de place contentons-nous de citer quelques exemples parmi les plus remarquables comme la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pyrénées-Orientales réunie le 18 mars 2016, ou encore celle de Toulouse qui se sont prononcées à l’unanimité ; le nom choisi pour ces derniers estPyrénées-Méditerranée. Autant dire que leur choix est des plus insipide en matière identitaire. Pire, selon le site ouillade.eu, il s’agirait même pour Marie-Cécile Pons d’en finir avec les « chicailleries pseudo-identitaires ». On voit que pour cette personnalité publique qui collectionne les postes prestigieux, l’identité catalane ne compte pas (conseillère générale des P-O de 1994 à 2008, adjointe au maire de Perpignan en charge de l’Environnement aux côtés de Paul ALDUY, présidente du Club 89 Perpignan-Roussillon).

Pour Laurent Gauze (président-directeur de l’Agence de Développement Economique Pyrénées Méditerranée) cité dans un article publié sur le site Perpignan-Méditerranée : «la seule appellation évocatrice d’une culture commune, illustrée par des échanges, un commerce, une population et un environnement, la seule légitime ! ». Il promet de réunir autour de lui -propos recueillis en mars dernier selon la même source- suffisamment de personnalités locales, d’entités économiques et de réseaux influents (des noms !) pour organiser le mois prochain «un grand rassemblement à Perpignan où toutes les forces vives se manifesteront pour une Région Pyrénées Méditerranée reconnaissable et identifiable depuis partout dans le monde ! ». Apparemment les échos de ce grand rassemblement ne sont pas arrivés jusqu’à nous.

La démarche, vous l’aurez compris, est d’ordre économique, et comme le capitalisme ne supporte aucune entrave, –Hommes, histoire, héritage coutumier-, il convient une fois encore de nier la forme pour évacuer le fond. Autant dire que désormais, à la lumière de ces déclarations, nous pouvons comprendre plus aisément pourquoi notre département n’a jamais pu se démarquer en matière identitaire : notre territoire est entièrement tombé depuis des générations entre les griffes d’un cartel politico-économique.
Le groupuscule Parti de Gauche 66 s’offre également une tribune dans Le petit journal catalan (du 8 au 14 avril 2016) sous le titre : « le choix du nom de la région doit être guidé par des principes ». Sous la plume de Francis Gape, co-secrétaire départemental du PG 66, on peut lire un communiqué qu’auraient pu signer les jacobins de 1793, dont évidemment ils se réclament. Exit toute référence « ethno-linguistique »… le futur nom doit se doter selon eux de « données géographiques », il n’entend pas revenir sur une « logique d’ancien régime »… tout un programme… mais également tout un poème, nos gauchistes périmésproposent comme nouveau nom de région « Terres et Mer du Midi ». Evidemment si l’affaire n’était pas on ne peut plus sérieuse, nous aurions pu penser à une blague de Peppone dans Don Camillo.

Pour terminer nous noterons qu’il existe une collusion entre le monde affairiste et la gauche mondialiste unis contre l’identité des peuples, en l’occurrence ici l’identité catalane. Les patriotes catalans doivent soigneusement s’en souvenir pour les prochaines échéances électorales. Il est grand temps de dire Oui au Pays Catalan et d’en finir avec la maffia politicarde qui ankylose notre territoire.

Llorenç Perrié Albanell

Source: llorenperrialbanell.wordpress.com

1 mars
2016

“PÂQUES SANGLANTES”: SORTIE EN FRANCE DU FILM « THE RISING »

L’ANNIVERSAIRES DES “PÂQUES SANGLANTES” IRLANDAISES SERA CÉLÉBRÉ PAR LA SORTIE EN FRANCE DU FILM « THE RISING » LE 17 MARS 2016

L’anniversaires des “Pâques Sanglantes” irlandaises sera célébré par la sortie en France du film The Rising ce 17 mars. L’acteur principal, Colin MORGAN (héros de la série TV Merlin) y incarne Sean Mac Diarmada avec le brio qu’on lui connait. Nous avons eu la chance de côtoyer et d’apprécier ce jeune acteur talentueux et sain lors du tournage en été 2015 de « Waiting for you » en Basses Cévennes.

22/01/2016 – 07H15 Dublin (Breizh-info.com)

Ce sera sans doute un des évènements cinématographiques de ce début d’année 2016 ; la sortie du film « the Rising » (sortie prévue le 17 mars prochain). Il s’agit d’un prequel du film « Michael Collins » (Neil Jordan), sorti il y a vingt ans et qui débutait par la prise de la poste de Dublin (1916) par les insurgés nationalistes irlandais.

Dans ce film, écrit et produit par Kevin McCann, les cinéphiles pourront découvrir pour la première fois Michael Neeson dans le rôle de Michael Collins, rôle tenu il y a vingt ans par … son père, Liam Neeson. Un casting mettant en avant les jeunes talents du cinéma irlandais a été effectué.

Mais Michael Collins ne sera pas le personnage principal de The Rising – le premier film traitant des origines de la révolution irlandaise contre l’empire Britannique . Le film sera centré autour du personnage de Seán Mac Diarmada, qui sera interprété par Colin Morgan. Mac Diarmada – Irlandais du comté de Leitrim, en Connemara – fût un des 7 principaux leaders de la révolution irlandaise aux côtés de Padraig Pearse, de Connnoly, de Clarke ou encore de Collins. Il était également responsable du journal nationaliste Irish Freedom et membre de l’IRB (Irish Republicain Brotherood) .
Il fût exécuté, à 33 ans, par les anglais, suite à l’attaque de la poste de Dublin. Faisant fièrement face au peloton d’exécution, aux côtés de James Connolly, grièvement blessé mais que les Anglais obligèrent à se lever pour mieux le fusiller. Sean Mac Diarmada fût le dernier révolutionnaire exécuté (le 12 mai 2016) en représaille du soulèvement de Pâques. Ses autres compagnons exécutés à cette occasion fûrent :

Le 3 mai 1916: Patrick Pearse, Thomas MacDonagh and Thomas J. Clarke
Le 4 mai 1916: Joseph Plunkett, William Pearse, Edward Daly and Michael O’Hanrahan
Le 5 mai 1916: John MacBride
Le 8 mai 1916:: Eamonn Ceannt, Michael Mallin, Sean Heuston and Conn Colbert
« En tant que réalisateur irlandais, j’ai toujours été intéressé par ce qui concernait l’identité, l’histoire et la foi » indique Kevin MacCann le réalisateur. « Avec ce film, nous voulons éveiller le peuple irlandais et changer le regard qu’il a sur son histoire. The Rising est l’histoire d’un héros qui se bat pour la liberté de son peuple » poursuit-il. « Avec d’autres héros, Seán MacDiarmada combattu pour une nouvelle république, une renaissance de l’esprit du peuple irlandais et la fin d’un état d’esprit servile, esclave des anglais . Nous avions le devoir, 100 ans après de raconter l’évènement politique majeur de l’histoire irlandaise récente ».

Après Michael Collins en 1996 et Le Vent se lève (Ken Loach, 2006), voici donc The Rising, qui apparait comme une étape de plus, en cette année du centenaire des Pâques sanglantes, pour la transmission pour la longue mémoire irlandaise. Une étape à vocation internationale – le film devant être exporté au delà des frontières irlandaises. A noter que le film est financé et soutenu par le Irish Film Board, Northern Ireland Screen et des partenaires privés.

Sur le site Internet dédié, The Rising propose aux particuliers de contribuer à la sortie et à la diffusion du film, plusieurs contreparties étant proposées. La rédaction de Breizh-info.com a décidé, en hommage au combat des Irlandais pour leur liberté , mais également en hommage au journal Irish Freedom interdit par l’occupant anglais en 1914, d’apporter son soutien à ce film.

Tous les renseignement sur le film ici, et ici.

« Au revoir chers frères et sœurs. Ne pleurez pas sur mon sort. Priez pour mon âme et soyez fiers de ma mort. Je meurs pour que la nation irlandaise puisse vivre. Dieu vous bénisse, vous protège, et puisse-t-il avoir pitié de mon âme ». Sean Mac Diarmada, dernière lettre à sa famille, 1916.

24 décembre
2015

Les ‪Basques‬, le peuple le plus ancien d’Europe.

La Nouvelle Revue d’Histoire:

Les ‪Basques‬, le peuple le plus ancien d’Europe.

« Peuple de montagnards, de paysans et de marins, les Basques ont toujours affirmé face au pouvoir central une très forte identité qui perdure aujourd’hui. »
Article complet d’Arnaud ‪Imatz‬ a retrouver dans le hors-série de La Nouvelle Revue d’Histoire consacré aux peuples fondateurs de l’‪Europe‬.

Peña Festayre Basque Culinary Center Pays basque Pays basque (communauté autonome) Sudouest.fr Pays Basque Pays Basque Pays basque Tourisme Pays Basque Pays Basque Expérience Histoire des Basques Musée Basque et de l’histoire de Bayonne – Baionako Euskal Museoa Musée basque et de l’histoire de Bayonne Visit Euskadi Euskadi-Basque Country Pau Pyrénées Tourisme Béarn Pyrénées Tourisme Bayonne Saint-Jean-de-Luz Biarritz olympique Pays basque Biarritz TourismeBiarritz Sud Ouest Hendaye Tourisme & Commerce Images du Pays Basque Guide du Pays Basque France Bleu Pays Basque France Bleu Pays Basque Vidéos Pays Basque LE MAG VIDEO Pays Basque Vive Le Pays Basque La Semaine du Pays Basque Institut basque Etxepare Musée du Gâteau Basque Euskal Bixkotxaren Erakustokia Marseillako Euskal ETXEA – La maison Basque de Marseille

Actuellement en kiosque
Achat en ligne sur http://la-nrh.fr/

24 décembre
2015

Le “Vieux Sud” victime d’une guerre idéologique

L’épopée sudiste contée dans “Le Blanc Soleil des vaincus” réédité chez Via Romana, nous force à réfléchir sur notre propre sort. C’est ce que rappelle Dominique Venner dans son éditorial du numéro 17 de la NRH paru en mars 2005 que nous publions ici.

« Nous sommes tous Américains », titrait un journal français d’un certain renom au lendemain du 11 septembre 2001. Ce n’était pas seulement une figure de style dictée par l’émotion. Le propos reflétait une réalité devenue toujours plus évidente depuis qu’une emprise américaine multiforme s’est exercée sur l’Europe après 1945 . Les petites crises politiques circonstancielles au temps du général De Gaulle ou, plus récemment, à l’occasion de la guerre contre l’Irak, n’ont rien changé sur le fond. C’est à l’époque du règne gaullien, entre 1958 et 1968 que s’est imposée l’américanisation de la société française et des mœurs, beaucoup plus que dans la période précédente.

Réfléchir historiquement sur les Etats-Unis, c’est donc réfléchir sur nous, Européens. A bien des égards, l’évolution de la société américaine anticipe celle de l’Europe. Cela n’est pas dû, comme certains pourraîent le croire à une parenté de civilisation et de destin. Notre dossier rappelle à quel point, dès la révolution de 1776 et même avant, le noyau formateur des Etats-Unis s’est voulu anti-européen, ce qui est toujours resté vrai par la suite, en dépit d’alliances conjoncturelles. Il n’est pas nécessaire de réfléchir longuement pour observer combien, notamment au XXe siècle, le destin des Etats-Unis s’élevant vers la toute puissance, et celui de l’Europe, enfoncée dans les catastrophes et le déclin, sont opposés.

Comme toute puissance devenue hégémonique, les Etats-Unis influencent en profondeur les nations placées dans le rayonnement de leur imperium. Cela d’autant plus qu’ils se sont toujours voulus messianiques, porteurs d’un message universel de transformation des sociétés sur leur propre modèle. Cette prétention est favorisée par leur industrie du spectacle, cinéma et télévision, ainsi que par la mondialisation économique dont ils sont le moteur et, pour le moment, les bénéficiaires. Dans le monde global des affaires, les personnes qui ont intégré la mentalité transnationale américanomorphe ont de meilleures chances de faire carrière que ceux qui se sentent des attaches nationales. Lire la suite…

24 août
2015

Una agressió sexual cada 34 hores a Catalunya del Nord

Una agressió sexual cada 34 hores a Catalunya del Nord

Les situations de violació i assetjament sexual declara manifestent una alça important a Catalunya del Nord, del 22% des del 2010, contre 18% a Franca

Les situacions de violació han augmentat en alguns anys a Catalunya del Nord i més generalment a l’estat francès, segons una mitjana revelada dilluns 10 d’agost pel diari Le Figaro. El diari subratlla 22% d’augment de les agressions sexuals declarades a les autoritats a les comarques de Perpinyà entre 2010 i 2014, corresponent a 94 situacions oficialment assenyalades l’any passat. En la continuïtat, l’increment de les violacions i assetjaments sexuals representa 19% entre maig de 2014 i abril de 2015, o sigui 252 fets assenyalats i una ocurrència cada 34 hores. Aquestes observacions procedents de les xifres de l’Observatori estatal de la delinqüència i de les respostes penals (ONDRP) demostren 18% de violacions declarades suplementàries a França en el mateix període. L’explosió de les xifres sembla ser deguda en part a un augment de les denúncies a conseqüència de l’acció pública.
Font: La clau