27 septembre
2012

Catalogne: liberté d’expression menacée

En el marc del VIII Congrés dels Imams i Presidents de Mesquites de Catalunya el secretari general de la Federació Consell Islàmic de Catalunya, Mohammed Halhoul, ha afirmat: “Sentim que hi ha una frontera o unes línies vermelles que marquen fins on podria arribar la llibertat d’expressió, la llibertat artística o la llibertat de producció.” Segons creu Halhoul, cal “posar lleis a la llibertat d’expressió”. “No tot està permès. Crec que és un debat humanístic en què els juristes haurien de treballar determinant un punt fins on arriben les llibertats”, ha afegit.
Font: Som Noticia

Dans le cadre du VIII Congrès des Imams et des Présidents de Mosquée de Catalogne, le secrétaire de la Fédération du Consell Islamique de Catalogne, Mohammed Halhoul, a affirmé qu’il fallait marquer avec d’une ligne rouge les limites de la liberté d’expression, artistique et de production.

En bref Mohammed Halhoul souhaite museler les catalans.

La riposte de Josep Anglada, président du parti identitaire Plataforma per Catalunya est sans appel:

« Mohammed Halhoul no és ningú per dir el que cal fer amb les lleis catalanes, Halhoul és un moro que el que ha de fer si no està content a Catalunya és marxar a un país governat sota la llei islàmica, allà segur que se sent molt a gust, tothom sap que la seva llei es caracteritza per la llibertat d’expressió i la defensa de les llibertats, sobretot la de les dones ».

« Mohammed Halhoul n’est personne pour dire ce que les lois catalanes doivent faire, Hahoul est un maure qui doit quitter la Catalogne si il n’est pas content vers un pays de lois islamique, c’est sur que  là il se sentira bien, tout le monde sait que sa loi est caractérisée par la liberté d’expression et la défense des liberté, surtout celles des femmes ».

Plataforma per Catalunya Nord: clic

 

27 septembre
2012

Artur Mas cultive l’ambiguïté sur la Catalogne

  • Publié dans Politica
  • Commentaire(s) : 0  

Artur Mas restera célèbre dans l’histoire de la « nation catalane ». Il est le premier président de la communauté autonome depuis la mort de Franco (novembre 1975) à réclamer un « Etat propre » pour la région. Deux semaines après le raz de marée indépendantiste de la « diada », où un million et demi de catalans ont déferlé dans les rues de Barcelone pour célébrer la Journée de la Catalogne, Artur Mas fait une véritable démonstration de force à Madrid.

Mardi 25 septembre, il a annoncé la tenue d’élections anticipées dans la région le 25 novembre. Le lendemain, il confirmait qu’elles seraient suivies d’un référendum sur l’autodétermination de la Catalogne, « avec ou sans l’autorisation du gouvernement ». Le message est on ne peut plus clair. La semaine dernière, le premier ministre espagnol Mariano Rajoy (Parti populaire, droite) lui a refusé le « pacte fiscal » qu’il requérait, qui devait apporter l’indépendance budgétaire à la région. Artur Mas agite aujourd’hui le chiffon rouge de la sécession. Lire la suite…

13 septembre
2012

Bernard Lugan analyse l’assassinat de l’ambassadeur US à Benghazi‏

Acteur plus qu’actif du renversement de Mouammar Kadhafi, Christopher Stevens, en déplacement à Benghazi, a été pris au piège dans les locaux du consulat de son pays. Au-delà de ce meurtre et de son prétexte pseudo religieux, quelle analyse pouvons-nous faire de la situation en Libye?

 

Jusqu’à aujourd’hui, et à en croire les médias, la Libye était sur la voie de la normalisation : l’économie redémarrait avec la reprise des exportations de pétrole et de gaz et des institutions démocratiques se mettaient en place à la suite des élections législatives du 7 juillet 2012. Aveugles et sourds, les observateurs bêlèrent de bonheur quand ces dernières virent la défaite des fondamentalistes et la victoire de l’ Alliance des forces nationales (AFN) vite baptisée « libérale ».

Or, comme il fallait s’y attendre, ce calendrier démocratique très « européocentré » n’a évidemment pas permis de remettre le pays sur ses pieds et cela pour une simple raison qui est que la Libye n’existe plus.

 

Le colonel Kadhafi avait réussi, au prix d’une dictature sévère, à imposer la stabilité intérieure dans un pays aujourd’hui menacé d’une fragmentation régionale (Tripolitaine-Cyrénaïque-Fezzan) doublée de fractures  interrégionales et religieuses. Lire la suite…

12 septembre
2012

1,5 million de personnes réclament l’indépendance de la Catalogne

Jamais la Catalogne n’avait connu une mobilisation de pays d’une telle ampleur que celle du 11 septembre 2012. Une foule de 1,5 million de personnes, longue de 3 km, a marché sur Barcelone, dans une réclamation directe pour l’indépendance du territoire. Cette date historique place le président catalan, Artur Mas, en position de force face à l’Etat espagnol, auquel il demande une fiscalité intégralement catalane.

Une grande marche sur Barcelone, organisée le 11 septembre 2012 par une fédération baptisée “Assemblée Nationale Catalane” (ANC), a mobilisé plus de jamais dans l’Histoire contemporaine. De l’avenue Laietana, en descente vers le Port, au Passeig de Gràcia, en amont de la Place de Catalogne, la ville s’est emplie de 1,5 million de manifestants, le gouvernement espagnol évaluant la participation à 600.000 personnes et les médias indépendantistes à 2 millions. Répandue sur 3 km, cette réclamation d’indépendance a ouvert la voie vers une nouvelle période pour ce territoire, dépourvu de compétentes étatiques depuis 1714, année de la chute de Barcelone face aux troupes du roi Bourbon Philippe V. Parmi une multitude d’interventions publiques, le président du gouvernement catalan, Artur Mas, déclarait sans détours “Jamais la Catalogne n’a été aussi près de sa plénitude nationale”, avant d’être invité à mener un « processus de sécession » par l’Assemblée convoquante. Cette journée a largement interpellé la presse internationale, tandis que le porte-parole de la Commission européenne, Olivier Bailly, jugeait que l’entrée d’un Etat catalan dans l’Union européenne devrait être convenue “en accord avec les traités et les conditions d’accès”, après une “demande d’adhésion ». Ce haut responsable signalait qu’une souveraineté catalane n’a “rien à voir” avec la Commission européenne mais avec l’Etat espagnol, et qu’un “processus de sécession” exigerait d’être en harmonie avec la “légalité internationale”. Lire la suite…

12 septembre
2012

CIU: atemptat contra la identitat catalana / attentat contre l’identité catalane.

  • Publié dans Politica
  • Commentaire(s) : 0  

CiU-Colom o quan la fascinació pels immigrants es converteix en un atemptat contra la identitat catalana.
Només un nom els hi correspon: traïdors

CiU-Colom où quand la fascination pour les immigrés se convertit en un attentat contre l’identité catalane.
Seulement une définition: traîtres