26 décembre
2012

Voluntat de combat

  • Publié dans Cultura
  • Commentaire(s) : 0  

Les paraules són buides i irrellevants si no hi ha voluntat de combat i de convertir-les en fets.

25 décembre
2012

REPONSE AUX DINOSAURES.

  • Publié dans Politica
  • Commentaire(s) : 0  

Pierre VIAL,Président de Terre et Peuple :REPONSE AUX DINOSAURES.

Monsieur Ploncard (RIVAROL n° 3072) ne comprend pas « la place donnée aux partisans de Casa Pound ». Sans doute préférerait-il qu’ils fussent censurés ? Mais c’est l’honneur de RIVAROL de permettre à tous ses lecteurs, parmi lesquels les amis de Casa Pound sont nombreux, de s’exprimer et, sauf erreur de ma part, M. Ploncard ne fait pas encore la loi à RIVAROL, même s’il en brûle visiblement d’envie.
Ceci dit, la missive de M. Ploncard reflète l’incroyable fatuité de ce monsieur, qui se permet de traiter d’“indigents” ceux qui osent ne pas partager ses conceptions ringardes… et qui lui retournent volontiers le compliment, compte tenu de sa prose. Mais peu importe, en fait, le point de vue de quelqu’un qui se prend pour un phare de la pensée politique et qui n’est qu’un lumignon près de s’éteindre.Il s’est autoproclamé le pape — infaillible, comme il se doit — du nationalisme français, avec pouvoir d’excommunication sur tous ceux qui ne partagent pas ses délires. Il est d’ailleurs cocasse de le voir prétendre donner des leçons de fascisme — lui qui n’est en rien fasciste — à mon ami Gabriele Adinolfi, avec qui je suis allé me recueillir devant le mausolée du Duce à Predappio.
M. Adahard (RIVAROL n° 3071), lui, nous enjoint de « ne pas oublier les fondamentaux ». Il a parfaitement raison. A ceci près que ses fondamentaux ne sont pas les nôtres. Ceci mérite quelques précisions. Les fondamentaux de MM. Ploncard, Adalhard et Rochette relèvent — c’est bien leur droit — d’un nationalisme se résumant à « La France seule ». Volontiers chauvin (les Italiens, dit M. Rochette, sont des “bavards” — ce qui est bien mal connaître ce grand peuple — et la bonne vieille germanophobie maurrassienne n’est jamais loin) et cultivant une vision idéalisée d’un pays qui est mort, en fait, avec le grand suicide européen de 1914-1918. C’est regrettable mais c’est ainsi et la conception muséographique de la France seule relève aujourd’hui de la nostalgie et non du réalisme qui s’impose en politique. Ceux qui s’en réclament estiment avoir réalisé un acte politiquement fort lorsqu’ils commémorent la mort de Louis XVI. Et, si j’ai le plus grand respect pour la mémoire du Maréchal Pétain, je ne crois pas que chanter « Maréchal nous voilà » soit à même de mobiliser aujourd’hui des filles et des garçons de vingt ans.
Avec mes camarades, je considère comme ma patrie la Grande Europe et nous ne nous sentons rien en commun avec ceux qui ressassent de vieilles nostalgies tricolores sentant la naphtaline.
Nous défendons nos convictions dans les rues car ce n’est pas avec des « cercles d’études » composés de vieilles dames bien sympathiques et de quelques jeunes gens boutonneux qu’on fait bouger les lignes. Nous sommes, clairement et tranquillement, des militants révolutionnaires ayant choisi, contre le capitalisme et le marxisme, une Troisième Voie, celle d’une vision racialiste du monde.
Nos convictions, axées sur une volonté de résistance et de reconquête identitaires basées sur les patries charnelles des peuples d’Europe, nous amènent à refuser de tomber dans le piège devenu classique dans les milieux dits d’extrême-droite, à savoir (voir M. Ploncard, RIVAROL n° 3073) la nécessité de choisir entre le soutien au camp arabo-islamiste ou le soutien au camp juif (si vous refusez la domination arabo-islamiste il faut soutenir les juifs, si vous refusez la domination juive il faut soutenir les arabo-islamistes). Cela revient à choisir entre la peste et le choléra. Notre position est simple et claire : ce combat entre sémites arabes et sémites juifs n’est pas le nôtre, nous n’avons rien à y faire et nous les laissons donc s’entretuer sans nous mêler en quoi que ce soit de cette lutte entre cousins. Nous nous battons pour les nôtres, rien que pour les nôtres.
Attentifs à l’évolution du monde, pour détruire la dictature cosmopolite, nous regardons devant nous et non derrière nous. C’est pourquoi nous avons le même cri de guerre que nos camarades de Casa Pound : « Demain nous appartient ! »
PS : Peu attiré par les délires obsessionnels, je ne vérifie pas chaque soir si un franc-maçon est caché sous mon lit…

25 décembre
2012

Gànguil us desitja un Bon Nadal Català

  • Publié dans Cultura
  • Commentaire(s) : 0  
Una de les tradicions nadalenques més arrelades a la nostra identitat és el Tió de Nadal celebrat antigament en tots els territoris de parla catalana dins de les celebracions de Nadal o Yule, i que avui perviu sobretot al Principat i en alguns indrets del País Valencià:
El « tió » no era en principi una altra cosa que el tronc que cremava en la llar, enmarcat en una antiga tradició europea encara celebrada avui dia en molts racons i països d’Europa.
Originàriament un tronc que cremava en la xemeneia de la casa i regalava calor, llum i, simbòlicament, tot el necessari per a la celebració (els dolços). Avui dia aquest sentit és molt més materialista. El seu nom prové de del llatí titio. Antigament els pagans catalans, en fer cagar el Tió, el cremàven per a celebrar i simbolitzar la resurrecció del déu Sol en el solstici d’hivern. Moltes altres tradicions, totes d’orígen pagà, celebren el nadal al voltant d’un tronc, com pot ser el famós abet sota el qual podem trobar els regals del Pare Noel, es evident que ambdues tradicions tenen els seus punts en comú. La llum del foc que cremava el tronc antigament ha sigut substituida actualment per les llumenetes eléctriques de colors.
Lire la suite…
19 décembre
2012

Accord en Catalogne pour un référendum d’autodétermination en 2014

Le parti Convergencia i Unio (CU) du président du gouvernement régional de Catalogne, le nationaliste Artur Mas, et le parti indépendantiste d’opposition ERC sont parvenus mardi 18 décembre à un accord sur la convocation d’un référendum d’autodétermination de la Catalogne en 2014, ont annoncé les deux partis.

« Nous sommes arrivés à un accord pour convoquer le référendum en 2014″, a déclaré Sergi Sol, chef du service de presse de l’ERC. « Il y a un accord » qui prévoit de convoquer un référendum « dans le courant de 2014 », a confirmé une porte-parole de CU. « Il n’y a pas encore de date précise », a-t-elle ajouté.

Les deux partis ont toutefois souligné que la consultation pourrait être reportée s’il y avait des raisons pertinentes de le faire« Ils ont décidé la date, ils se sont mis d’accord sur 2014, et il y a une annexe qui dit que s’il y avait une cause de force majeure, on pourrait, avec l’accord des deux parties, reporter » le référendum, a déclaré M. Sol. Pour lui, cependant, « le seul motif qui pourrait retarder la convocation serait la chute d’une bombe atomique ». En toute mesure.

lemonde.fr

19 décembre
2012

C. Navarro: « allez au diable. (…) retourner chez vous au Maroc »

Une chaîne de télévision espagnole condamnée pour racisme envers une Marocaine

Le Conseil audiovisuel de Catalogne a infligé une amende de 14.601 euros à la chaîne de télévision espagnole « Canal Català », pour « contenus contraires à la dignité humaine et diffamation ». Carlos Navarro, ancien candidat à l’émission de télé-réalité « Big Brother », avait proféré des propos racistes à l’encontre d’une musulmane, lors d’un débat télévisé sur l’immigration diffusé le 14 novembre 2011.

« Je suis scandalisé qu’une racaille comme vous vienne ici pour porter des jugements de valeur », c’est en ces termes que s’était adressé Carlos Navarro à une jeune Marocaine, lors de l’émission Catalunya opina. « Je ne viens pas ici pleurer pour qu’on me donne des chèques-repas (…), merde pour vous, allez au diable. (…) pourquoi ne pas retourner chez vous au Maroc ou partez prier à la Mecque. »

La jeune Marocaine a eu le temps de lui répondre « vous êtes un ignorant et un inculte », avant que le présentateur ne fasse passer la publicité.

Au début des années 2000, Carlos Navarro avait déjà été expulsé de « Gran hermano », version espagnole de l’émission de télé-réalité Big Brother, pour avoir agressé un autre candidat.

Bladi