21 mars
2013

Mali : retour au point de départ ethnique

Editorial de Bernard Lugan : Mali : retour au point de départ ethnique

Militairement, les islamistes sont cernés dans un dernier réduit du massif des Iforas avec, au Nord et à l’Est, les Algériens, au Sud les Tchadiens en bouclage, à l’intérieur, les forces spéciales françaises et des Touareg. L’intensité des combats montre a posteriori à quel point la politique française qui mettait en avant l’idée de non intervention, mais de formation des contingents africains, n’était rien d’autre qu’une vue de l’esprit. En effet, s’il n’y avait pas eu    l’opération Serval, les Iforas seraient toujours une base jihadiste…

Maintenant que le nuage islamiste est dissipé, et en dépit d’attentats résiduels et d’actions terroristes à venir, le réel réapparaît avec force. Quel est-il ?

1) Nous ne sommes pas face à une guerre de religion.
2) Nous sommes en présence d’un classique conflit ethnique et même racial, un conflit ancré dans la nuit des temps entre « nordistes » et « sudistes ».
3) Nous en revenons donc au début de la crise, c’est-à-dire à la revendication touareg. Tout le reste est secondaire, à commencer par la question islamiste qui est simplement venue se greffer sur la revendication touareg.

Depuis le déclenchement de l’opération Serval, François Hollande a eu l’intelligence de laisser faire les militaires. Maintenant que le nettoyage des Iforas est entré dans sa phase finale, le relais politique ne va pas tarder à être pris par le Quai d’Orsay et la cellule africaine du parti socialiste. L’ idéologie va donc de nouveau prendre le pas sur le réel sahélien.
Le président Hollande ayant une nouvelle fois déclaré que le but de l’intervention française est la restauration de l’intégrité du Mali, deux grandes questions vont se poser :
Lire la suite…

21 mars
2013

Oposició del Consell d’Estat

La Clau. Oposició del Consell d’Estat, en el marc de la reforma constitucional
França no ratificarà la Carta europea de les llengües minoritàries
Divendres, 15.3.2013. 22:00h
El 14 de març, el Consell d’Estat ha vetat la possibilitat d’una ratificació de la Carta europea de les llengües regionals i minoritàries, signada per França el 1999. Es previa una reforma constitucional en vista d’aquesta disposició, que forma part de les « 60 proposicions per a França » del candidat François Hollande, el 2012.
El juliol de 2008, les llengües regionals de França han entrat a la Constitució, l’article 75 de la qual estipula la pertinença de les llengües regionals « al patrimoni de França ». Però aquesta evolució, llavors inclosa en la reforma institucional, no serà seguida d’una ratificació de la Carta europea de les llengües regionals o minoritària, que França va signar el 1999. Aquest text redactat el 1992 pel Consell d’Europa, posteriorment ratificat pel Regne Unit, Alemanya, Espanya o els Països Baixos, es queda a l’espera en només 8 països, entre els quals Rússia, Moldàvia i França. Permetria al bretó o al català abandonar un estatut de monuments històrics per entrar en l’àmbit viu. Però no passarà la barrera constitucional, ja que, el 14 de març de 2013, el govern de Jean-Marc Ayrault, rellevant una decisió del Consell d’Estat, ha abandonat un projecte de presentació a les Assemblees d’una tramitació cap a la ratificació. El punt n°56 dels « 60 compromisos per a França » del candidat François Hollande a l’elecció presidencial de 2012 incloïa tanmateix « Faré ratificar la Carta europea de les llengües regionals o minoritàries ». Lire la suite…

21 mars
2013

Joan Fuster, citació

  • Publié dans Cultura
  • Commentaire(s) : 0  

21 mars
2013

Communiqué de APA / Escola Pública et Bressola

Ratification de la charte européenne des langues régionales minoritaires, 
refonte de l’école : les associations de défense du catalan à l’école 
demandent à François Hollande et au gouvernement de tenir leurs
promesses…

Communiqué de APA / Escola Pública et Bressola

Lors de la campagne présidentielle, François Hollande avait annoncé une mesure qui avait donné de l’espoir aux défenseurs de la langue catalane, c’était l’engagement 56 parmi les 60 engagements de François Hollande pour le changement. Cette proposition figurait dans le paragraphe «Je veux une république exemplaire et une France qui fasse entendre sa voix», sous-titre «Je veux donner un nouvel élan à notre démocratie».

Elle était formulée simplement : «Je ferai ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires». Cet engagement avait
également été confirmé après les élections présidentielles par le président Hollande, et par les membres du gouvernement.

La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires fut adoptée avec la convention européenne de 1992 sous les auspices du Conseil de l’Europe (47 états membres actuellement). Contrairement à ce que l’on peut parfois lire, ce texte n’impose pas l’usage des langues régionales sur tous les actes et démarches de la vie publique, mais propose de mettre en œuvre un ensemble de dispositions dont le but est de protéger et de favoriser les langues régionales et minoritaires en Europe.  Lire la suite…

21 mars
2013

Patria O muerte

On pourra lui objecter son goût pour le décorum de carnaval, ses tenues « général Tapioca » ou ses monologues télévisés interminables, il reste qu’Hugo Chavez a incarné, incarne et incarnera longtemps ce foisonnement idéologique de la gauche patriotique et justicialiste sud-américaine.

En lui nous saluons le farouche opposant à l’impérialisme américain, le courage dans les nationalisations du pétrole, des banques, de la sidérurgie, de l’industrie électrique. La réduction importante de la dette publique, l’interdiction des OGM, la préservation de la bio-diversité, l’interdiction de la pêche intensive, la redistribution des terres agricoles et leur mise en coopératives, le micro-crédit d’initiative d’Etat, les magasins sociaux (système MERCAL) … et surtout la sortie de la pauvreté de millions de vénézuéliens. En moins de 10 ans, le taux de pauvreté à diminué de moitié et celui de l’extrême pauvreté de 72 %. Le taux de chômage est lui passé de 11,7% (1998) à 7,8% (2008). Près de 2, 9 millions d’emplois ont été créés durant cette période.

C’est vrai, la criminalité à augmenté, la corruption demeure forte, tout comme la dépendance de l’économie du pays à la manne pétrolière, mais le Vénézuela est devenu sous la présidence Chavez un acteur incontournable de l’Amérique du Sud et une source d’inspiration pour une voie politique nouvelle, libérée du carcan du capital et des scories gauchistes.

Le Mouvement d’Action Sociale salue le combattant infatiguable de la cause des peuples. Puisse-t-il trouver la paix.

Chavez Presente !


Mouvement d’Action Sociale Pyrénées