14 juillet
2010

S’agreuja el racisme immigrant a Perpinyà

  • Publié dans Societat
  • Commentaire(s) : 0  

S’agreuja el racisme immigrant a Perpinyà

El salvatgisme present en l’actualitat perpinyanenca generarà un reforç de la presència policíaca. Dissabte al matí, la mort d’un octogenari, atacat dimarts per un grup de “joves” en el barri de Sant Mateu, va assenyalar definitivament la presència d’un fenomen de bandes urbanes, generalment formades per individus menors d’edat, en ruptura amb la societat. Per contrarestar aquesta situació, aquest dilluns, el director departamental de la Seguretat pública, el prefecte de la Catalunya del nord, Jean-François Delage, i el tinent encarregat de la seguretat, Pierre Parrat, han demanat un reforç de CRS a l’Estat. Mitja-companyia, o sigui una quarantena d’homes, hauria de ser desplegada doncs properament en els barris considerats sensibles de Perpinyà. Aquesta presència tindrà, però, data de caducitat, el temps d’apaivagar-se l’ambient. L’home mort, de 88 anys d’edat, vivia al barri de La Real. Caigut al sòl i després en coma, intentava interposar-se a tres “joves” homes de 17 a 19 anys que volien robar la bossa a mà de la seua esposa. Aquesta agressió extremadament indecent ha fet eco als fets del 17 d’abril, quan una jove parella i el seu mainatge, que viuen en el barri de Sant Joan, va patir al seu domicili els assalts i les amenaces de mort d’un grup de joves

S’agreuja el racisme a Perpinyà, s’agreuja el racisme immigrant contra els natius europeus. Aquesta vegada un home de 88 anys, assassinat covardament, n’ha estat la víctima. Abans a l’abril una família sencera havia estat terroritzada fins forçar-la a fugir de la ciutat. Del racisme immigrant no se’n parla als mitjans, l’amaguen, contribuint així a la seva impunitat.

*****

Aggravation du racisme anti-blanc à Perpignan.

La sauvagerie présente dans l’actualité perpignanaise génère un renfort de la présence policière.

Samedi  matin(3 juillet), la mort d’un octogénaire, attaqué le mardi 29 juin par un groupe de « jeunes *» dans le quartier de Saint Mathieu, va signaler définitivement la présence d’un phénomène de bandes urbaines, généralement formés par des mineurs, en rupture avec la société. Pour contrebalancer  cette situation , ce lundi , le directeur départemental de la sécurité publique, et le préfet de Catalunya Nord,  Jean-François Delage et Pierre Parat chargés de la sécurité ont demandé un renfort des compagnies de CRS à l’Etat. Une quarantaine d’hommes vont être déployés dans les quartiers sensibles de Perpignan. Cette présence restera le temps d’apaiser l’ambiance. L’homme décédé âgé de 88 ans vivait dans le quartier de la Real. Il tombe dans le coma après une chute lorsqu’il tente de s’interposer à trois « jeunes* » de 17 a 19 ans qui voulaient dérober le sac a main de son épouse. Cette agression extrêmement grave à fait écho des faits du 17 avril quand une famille qui vivaient dans le quartier de Saint Jean au centre ville, ont dû partir précipitamment de leur domicile suite aux assauts et aux menaces de mort d’un groupe de « jeunes** »

C’est un racisme contre les européens de souche qui s’aggrave de plus en plus à Perpignan. Cette fois c’est un homme de 88 ans qui en a été la victime. En avril dernier c’est une famille entière qui a été terrorisé jusqu’à là forcer à fuir la ville. Le racisme causé par les bandes ethniques est une réalité, mais une réalité qui dérange et qui est caché.  Ce silence contribue à l’impunité de ses bandes, et nous, nous subissons…

Source: http://taranis.wordpress.com

* Selon nos sources il s’agirait de jeunes issues de la communauté gitane.

** « jeune » selon le dictionnaire de Novlangue ( mise à jour janvier 2009). Mot trompeur : personnes de nationalité française ou non, issue de l’immigration africaine et/ou maghrébine ; s’emploie en général quand elles commettent des violences en groupe ( trad. : d’origine immigrée ou d’origine maghrébine ou africaine) ; voir aussi « jeunes hommes », « jeunes majeurs », jeunes adultes », « pré adolescent » ; également voir CPF « chances pour la France »  . Note : la gendarmerie utilise parfois l’abréviation JHOM pour «  jeune homme d’origine maghrébine ».

Commentaire(s) :

Laisser un commentaire