25 juillet
2010

Per a una estratègia identitària a Europa

Per a una estratègia identitària a Europa

La definició de tal estratègia exigeix que siguin sistemàticament deixats de costat les baralles personals, reaccions passionals, amargors, rancors, esperit de capella, interessos diversos (financers, electorals, etc….). Sola ha d’intervenir l’exigència de claredat i d’honestedat, sobre el terreny ideològic, respecte als militants als quals un s’adreça.

COMPROVACIÓ

Europa és víctima d’una invasió de gran amplitud, de part de poblacions vingudes sobretot de l’Àfrica del Nord i d’Àfrica negra. Aquesta invasió té un objectiu evident : la conquesta i el domini d’Europa per aquestes poblacions.  Aquest procés és d’ara endavant molt avançat. És afavorit pels traïdors i renegats que, per convicció ideològica o interès (posar-se bé amb els futurs mestres, que necessitaran col.laboadors al seu servei), fan tot per preparar l’esclavitud dels pobles europeus i instal·len al si de les estructures de poder (administracions, exèrcit i policia, mitjans de comunicació) dels membres de les «minories visibles» (eufemisme per designar púdicament els invasors). Siguem clars : els invasors, que estarien bé equivocats de molestar-se, juguen el seu joc, posant a profit la covardia de les autoritats polítiques, econòmiques, culturals, religioses que controlen el poder als països europeus. Són aquestes autoritats, constituint l’ossada del Sistema en plaça, que són prioritàriament culpables. Hauran de pagar un dia els seus crims, l’únic crim imperdonable sent el crim contra la sang dels pobles, que es diu el mestissatge. Sent això, la lluita contra els invasors és evidentment imperativa ja que no és qüestió de deixar-nos robar la nostra terra.

REACCIONS POPULISTES

Contra aquest fenomen, reaccions de defensa i resistència europees es manifesten una mica arreu, sota la forma de moviments populistes que s’expressen sigui per manifestacions de rebuig, de vegades violentes, sigui per resultats electorals, a Itàlia amb la Lliga del Nord, a Suïssa amb el vot contra els minarets, a França amb els resultats del Front Nacional, en Flandre amb els del Vlaamsbelang, a la Gran Bretanya amb els del BNP, a Àustria amb els del FPO, als Països Baixos amb el Partit de la Llibertat de Geert Wilders – en altres països europeus amb moviments similars a Scandinàvia, a Europa central, a Grècia, a Catalunya. Aquest fenomen és clar i globalment positiu, ja que revela que hi ha encara un instint de defensa i de supervivència amb certs europeus. I tot el que va en aquest sentit ha de ser aprovat i ser ajudat. Però cal fer-ne un anàlisi lúcid, al qual és treta la passió, exigint una crítica positiva de les ambigüitats que poden desembocar a atzucats, condemnant la reacció identitària al fracàs.

LA DERIVA OPORTUNISTA

Amb l’ambició, totalment il·lusòria, de fer-se acceptar al si del Sistema en plaça, alguns juguen el compromís (és a dir la compromició) amb la ideologia cosmopolita que és al poder. Temptació il·lustrada per la cèlebre declaració de Jean-Marie Le Pen a Argenteuil, afirmant que els immigrants són «les branques de l’arbre França». Declaració que és la conseqüència de la influència de Marine Le Pen, volent, com diu, « desdiabolitzar » el FN en la perspectiva del dia en què, feta presidenta del FN, podrà negociar els avantatges d’una adhesió al Sistema. Perspectiva que es perfila a l’horitzó, tenint en compte els desenganys de Sarkozy, com ho subratlla el setmanari Marianne (27 de març de 2010), en un article titulat «La qüestió que mata… I si l’UMP fos condemnada a ajuntar-se amb el FN ? ». L’article relata les diverses inquietuds de diputats UMP en resposta al revés del seu partit a les eleccions regionals. Però precisa : «Una interrogació els és tanmateix comuna : i si la dreta estigués, a terminis, condemnada a combinar-se amb el Front Nacional, fet més «freqüentable» sota la direcció de Marine Le Pen ? La filla del president frontiste somiaria, se sent aquí o allà, d’una «normalització» del seu clan (…) Després dels anys d’oposició sistemàtica, després d’haver succeït al seu pare, Marine Le Pen podria voler tastar les alegries d’un partit de govern, temptar la seva oportunitat en el joc de la participació, ajuntar-se amb aquesta UMP maleïda, però que es podria revelar interessant si el partit sarkozyste obrís la porta del « sistema » tant criticat». El secretari d’Estat al comerç Hervé Novelli admet : «Marine no és Jean-Marie, un després de Le Pen es perfila, qui, a l’evidència, no serà portador dels mateixos discursos». El FN es podria de cop fer «més acceptable». Igual so de campana en el diputat del Vaucluse Thierry Mariani : «Cada vegada més gent sobre el terreny ens parla d’aliances». I si aquests fossin carregats pel seu mestre de començar a preparar dolçament el terreny ?

En qualsevol cas, Marine ja ha enviat, des de fa molt de temps, molts senyals, que cal saber interpretar. Quan era advocada, entre 1992 i 1998 ha defensat moltes vegades, davant la 23a cambra correccional del TGI de París, immigrants clandestins. És ella que ha inspirat el cartell del FN, per a les presidencials, on es veia una jove dona magribina al costat de Jean-Marie Le Pen. És ella que ha multiplicat, aquests últims mesos, declaracions a favor dels aturats immigrats «que són francesos com els altres».

Es troba tal deriva oportunista en les declaracions dels dirigents del Bloc Identitari en el moment de la seva Convenció d’Orange, on han fet aliança amb Bompard per temptar una operació electoral i que ha assegurat «renunciar al nacionalisme i a l’antisemitisme» (el que vol dir, en bon francès, que practicaven nacionalisme i antisemitisme, abans de renunciar-hi…).

Tot això correspon al síndrome Fini. Aquest, devorat d’arribisme arribista, ha barrinat el MSI que li havia llegat Almirante, creat l’inodor Aliança Nacional abans de reunir-se purament i simplement al partit de Berlusconi. Ha tingut la seva recompensa, ja que és ara president de la Cambra de Diputats. Per fer bona mesura, no perd mai una ocasió de calumniar l’Itàlia mussoliniana ( la qual és reconeguda fins i tot pels homes d’esquerra italians com un període positiu per al seu país! ).

El síndrome Fini s’inscriu en el marc d’una operació de gran amplitud, en l’escala d’Europa, destinada a aportar a Israel el suport de gent de dreta i d’extrema dreta. Aquesta operació és una trampa terrible per als Identitaris.

LA TRAMPA

Es tracta de transposar a Europa l’enfrontament que al Pròxim Orient oposa Israel i els Arabo-musulmans. Ja que a Israel un s’inquieta de veure la pujada en potència demogràfica dels Arabo-musulmans al Pròxim Orient, però també a Europa on les comunitats jueves saben que poden ser submergides en cas de guerra ètnica.

Per a nosaltres, europeus, el combat contra els invasors arabo-africans  és clarament indispensable i com més rep reforços millor és. Però precisant encara que l’amenaci, si es cobreix d’un vel religiós, l’islam, que serveix de justificació («Allah ho vol»), té de fet en principi i abans de tot un caràcter ètnic. En concret, si un magribí o un negre abandona l’islam (el cas és poc freqüent), no en continua sent menys un magribí o un negre, que per la seva presència sobre el sòl europeu amenaça la identitat ètnica europea. El problema és allà i cal ser-ne bé conscient : som compromesos en una guerra ètnica.

D’altra banda el combat, just i necessari, contra l’invasor africà musulmà, és utilitzat per alguns per justificar l’adhesió a una causa que no és la nostra : la lluita d’Israel contra els Arabo-musulmans.
Els identitaris europeus s’arrisquen a caure en una trampa, constituida per la incitació que els és feta d’implicar-se en una guerra que no els concerneix, que oposa Israel i els pobles arabo-musulmans. Israel i els que li aporten un suport incondicional volen en efecte transformar els identitaris europeus en harkis, conscients o inconscients, al servei d’Israel. L’argument és simple i eficaç : en nom de la lluita contra els musulmans, tots els que refusen la pujada en potència de l’islamisme s’han d’unir a un front comú, reagrupant les forces identitàries europees i els partidaris d’Israel. Amb, en la clau, un xantatge clàssic : no vol sostenir Israel ? Doncs, és antisemita (l’acusació que mata…).

Aquesta estratègia ha estat il·lustrada pel paper de peixos-pilots jugat per escriptors com Del Valle i Guillaume Faye (amb el seu últim llibre, La nova pregunta jueva, Les Edicions del Lore, 2007).

Es manifesta avui a través de l’acció d’un Patrick Brinkmann, home de negocis que s’ha vist sorgir recentment als medis d’extrema dreta a Europa mentre que era fins llavors desconegut. Disposa d’importants mitjans financers (ha promès un do de 5 milions d’euros al partit Pro Köln-Pro NRW) que li serveixen per seduir gent, de la qual alguns són d’ingenus però de la qual d’altres actuen en perfecte coneixement de causa. Molts membres del que ha convingut de dir l’extrema dreta europea somien amb una patent d’honorabilitat que, creuen, els permetria entrar en el joc polític «normal», és a dir, per ser clar, en el Sistema en plaça, amb els avantatges molt concrets que allò implica. Per obtenir aquesta patent d’honorabilitat, cal ser «realistes», és a dir donar penyores.

D’on les postures, a Itàlia, d’un Fini, president de l’Assemblea, o d’un Alemanno, batlle de Roma, a favor d’Israel ; a Alemanya, d’un Brinkmann, declarant voler organitzar un «pelegrinatge europeu» a Israel ; als Països Baixos d’un Geert Wilders denunciant l’islamisme, en el moment d’un viatge als Estats Units, i dient d’Israel : «He viscut en aquest país i l’he visitat de les dotzenes de vegades. Suporto Israel. En primer lloc perquè és el territori jueu des de fa dos mil anys d’exili fins a Auschwitz, en segon lloc perquè és una democràcia i en tercer lloc perquè Israel és la nostra primera línia de defensa».

En altres països europeus es troben tal postures. És el cas, a França d’una Marine Le Pen, membre al Parlament europeu, des de 2005, del grup d’estudis de les relacions amb Israel i qui ha desitjat, però en va, fer un viatge a Israel.

Insistim aproximadament poc sobre el cas Brinkmann ja que és particularment revelador. Es presenta com el líder d’un moviment titulat Bürgerbewegung pro Deutschland. En un dels seus textos (escrits de fet pel seu «negre», un cert Andreas Molau) afirma la necessitat d’una « entesa » entre Europa i Israel per a la seva supervivència. Declara : «La cultura jueva està per a mi inextricablement vinculada a la cristiana. Qui és antisemita és doncs contrari a la seva pròpia cultura». De passada, explica que en els anys trenta la seva àvia ha viscut un gran amor amb un jueu, havent nascut d’aquesta relació  una noia en 1937.

En el moment d’una entrevista amb l’agència PI, el gener de 2010, és demanat a Brinkmann quina és la seva relació amb el judaisme. Respon : «He visitat Israel. He anat a Yad Vashem, no com un turista, perquè he anat per plorar (…) Penso que el judaisme va de parella amb la cultura europea».
En el moment del congrés del moviment Pro Köln-Pro NRW, tingut a Leverkusen el 19 de febrer de 2010, Brinkmann ha declarat : «Considerem el judaisme com part integrant de la Cultura occidental. El que és antisemita no pot ser un vertader patriota (…) ara sóc molt orgullós de participar a Alemanya en la construcció d’un partit de dretes modern i seriós més enllà de tot extremisme i antisemitisme».

Se sap que a Alemanya, des de 1945, així que un moviment identitari es dibuixa, el Sistema blanda de seguida l’espantall nacional-socialiste. Xantatge imbècil ? Certament. Però cal una gran força d’ànima per resistir-li. Fins i tot si tots els estudis d’opinió ensenyen que l’antisemitisme és cada vegada menys present a Europa (excepte ca els Arabo-musulmans, per raons vinculades al conflicte del Pròxim Orient…).

CONCLUSIONS

El nostre paper, a nosaltres, revolucionaris identitaris, és de constituir un bastió ideològic indestructible, que sigui, més enllà de les vicissituds conjunturals, el punt d’ancoratge, d’indicació dels autèntics militants identitaris, sincers, desinteressats, incitats a seguir un camí de fidelitat. Dels militants lúcids i havent clavillat al cos una fe sense falla en el nostre combat i a la nostra missió històrica. Treballem per al futur.
Heus aquí els nostres principis d’acció :

1) Els europeus no s’han de deixar arrossegar en un enfrontament entre Israel i els Arabo-Musulmans que no els concerneix. No és la nostra guerra. Deixem els fills d’Abraham ferir-se entre ells.

2) Els èxits electorals de forces identitàries a Europa són una molt bona cosa i cal fer tot per augmentar-los però no fem il·lusions : encara caldrà temps per tenir la capacitat de destruir el Sistema en plaça.

3) No impedeix que aquest objectiu ha de ser la nostra brúixola. Lluitem perquè un dia triomfi la revolució identitària.

4) Per això, cal mantenir fermament, passi el que passi, la fidelitat als nostres principis, a les nostres conviccions, a la nostra fe solar. Aquesta fidelitat és la nostra única riquesa. Preservem-la com un tresor.

5) Això passa per l’afirmació serena, sense compromís i sense temor, de la nostra concepció del món :
– el mestissatge és una amenaça mortal per als pobles europeus
– Refusem i combatem el capitalisme liberal, és a dir el regnat del diners-rei i l’explotació dels treballadors
– Afirmem la necessitat d’una justícia social, d’un solidarisme identitari, en el marc d’una economia orgànica
– Afirmem la necessària preeminència de la sobirania política sobre les forces econòmiques, de les quals la llibertat ha de ser emmarcada i ser arbitrada pel poder polític
– Afirmem la necessitat d’una Europa imperial, bloc de potència permetent posar en fracàs l’hegemonia americano-sioniste

– Afirmem la necessitat d’un món multipolar, al si del qual Europa podrà defensar els seus justos interessos, incloent-hi passant acords amb tal o tal bloc geopolític, com la Xina o l’Índia
– La solidaritat entre Europa de l’Oest i Rússia ha de ser total

– En virtut de les realitats ethnopolitiques, que afirmen la seva força arreu al món, afirmem la preeminència de LA LLEI DE LA SANG. La identitat és abans de tot ètnica. Aquesta realitat s’assentarà amb sempre més força. La revolució del segle XXI serà identitària.

El moviment  TERRE ET PEUPLE es compromet a col·laborar estretament  amb tots els camarades europeus que manifestaran el seu acord amb aquest text.


Pierre VIAL, el 5 d’abril de 2010, en alguna part en terra d’Europa

*****

Pour une stratégie identitaire en Europe

La définition d’une telle stratégie exige que soient systématiquement laissés de côté les querelles personnelles, réactions passionnelles, amertumes, rancoeurs, esprit de chapelle, intérêts divers (financiers, électoraux, etc…). Seule doit intervenir l’exigence de clarté et d’honnêteté, sur le terrain idéologique, à l’égard des militants auxquels on s’adresse.

CONSTAT

L’Europe est victime d’une invasion de grande ampleur, de la part de populations venues surtout d’Afrique du Nord et d’Afrique noire. Cette invasion a un objectif évident : la conquête et la domination de l’Europe par ces populations. Ce processus est d’ores et déjà très avancé. Il est favorisé par les traîtres et renégats qui, par conviction idéologique ou intérêt (se mettre bien avec les futurs maîtres, qui auront besoin de collabos à leur service), font tout pour préparer l’asservissement des peuples européens et installent au sein des structures de pouvoir (administrations, armée et police, médias) des membres des « minorités visibles » (euphémisme pour désigner pudiquement les envahisseurs). Soyons clairs : les envahisseurs, qui auraient bien tort de se gêner, jouent leur jeu, mettant à profit la lâcheté des autorités politiques, économiques, culturelles, religieuses qui contrôlent le pouvoir dans les pays européens. Ce sont ces autorités, constituant l’ossature du Système en place, qui sont prioritairement coupables. Elles devront payer un jour leurs crimes, le seul crime impardonnable étant le crime contre le sang des peuples, qui s’appelle le métissage. Ceci étant, la lutte contre les envahisseurs est évidemment impérative car il n’est pas question de nous laisser voler notre terre.

REACTIONS POPULISTES

Contre ce phénomène, des réactions de défense et résistance européennes se manifestent un peu partout, sous la forme de mouvements populistes qui s’expriment soit par des manifestations de rejet, parfois violentes, soit par des scores électoraux, en Italie avec la Ligue du Nord, en Suisse avec la votation contre les minarets, en France avec les résultats du Front National, en Flandre avec ceux du Vlaamsbelang, en Grande-Bretagne avec ceux du BNP, en Autriche avec ceux du FPO, aux Pays-Bas avec le Parti de la Liberté de Geert Wilders – dans d’autres pays européens avec des mouvements similaires en Scandinavie, en Europe centrale, en Grèce, en Catalogne.

Ce phénomène est bien entendu globalement positif, puisqu’il révèle qu’il y a encore un instinct de défense et de survie chez certains Européens. Et tout ce qui va dans ce sens doit être approuvé et aidé. Mais il faut en faire une analyse lucide, dépassionnée, exigeant une critique positive des ambiguïtés qui peuvent déboucher sur des impasses, condamnant la réaction identitaire à l’échec.

LA DERIVE OPPORTUNISTE

Avec l’ambition, totalement illusoire, de se faire accepter au sein du Système en place, certains jouent le compromis (c’est à dire la compromission) avec l’idéologie cosmopolite qui est au pouvoir. Tentation illustrée par la célèbre déclaration de Jean-Marie Le Pen à Argenteuil, affirmant que les immigrés sont « les branches de l’arbre France ». Déclaration qui est la conséquence de l’influence de Marine Le Pen, voulant, comme elle dit, « dédiaboliser » le FN dans la perspective du jour où, devenue présidente du FN, elle pourra négocier les avantages d’un ralliement au Système. Perspective qui se profile à l’horizon, compte tenu des déboires de Sarkozy, comme le souligne l’hebdomadaire Marianne (27 mars 2010), dans un article intitulé « La question qui tue…Et si l’UMP était condamnée à s’allier au FN ? ». L’article relate les diverses inquiétudes de députés UMP suite au revers de leur parti aux élections régionales. Mais précise : « Une interrogation leur est toutefois commune : et si la droite était, à terme, condamnée à s’allier avec le Front National, devenu plus « fréquentable » sous la direction de Marine Le Pen ? La fille du président frontiste rêverait, entend-on ici ou là, d’une « normalisation » de son clan (…) Après des années d’opposition systématique, après avoir succédé à son père, Marine Le Pen pourrait vouloir goûter aux joies d’un parti de gouvernement, tenter sa chance au jeu de la participation, s’allier avec cette UMP maudite, mais qui pourrait se révéler intéressante si le parti sarkozyste ouvrait la porte du « système » tant décrié ». Le secrétaire d’Etat au commerce Hervé Novelli admet : « Marine n’est pas Jean-Marie, un après Le Pen se profile, qui, à l’évidence, ne sera pas porteur des mêmes discours ». Le FN pourrait du coup devenir « plus acceptable ». Même son de cloche chez le député du Vaucluse Thierry Mariani : « De plus en plus de gens sur le terrain nous parlent d’alliances ». Et si ces deux-là étaient chargés par leur maître de commencer à préparer doucement le terrain ?

En tout cas, Marine a déjà envoyé, depuis longtemps, nombre de signaux, qu’il faut savoir interpréter. Quand elle était avocate, entre 1992 et 1998 elle a défendu à plusieurs reprises, devant la 23e chambre correctionnelle du TGI de Paris, des immigrés clandestins. C’est elle qui a inspiré l’affiche du FN, pour les présidentielles, où l’on voyait une jeune femme maghrébine aux côtés de Jean-Marie Le Pen. C’est elle qui a multiplié, ces derniers mois, des déclarations en faveur des chômeurs immigrés « qui sont des Français comme les autres ».

On retrouve une telle dérive opportuniste dans les déclarations des dirigeants du Bloc Identitaire lors de leur Convention d’Orange, où ils ont fait alliance avec Bompard pour tenter une opération électorale et qui ont assuré « renoncer au nationalisme et à l’antisémitisme » (ce qui veut dire, en bon français, qu’ils pratiquaient nationalisme et antisémitisme, avant d’y renoncer…).

Tout ceci correspond au syndrome Fini. Celui-ci, dévoré d’arrivisme carriériste, a sabordé le MSI que lui avait légué Almirante, créé l’inodore Alliance Nationale avant de se rallier purement et simplement au parti de Berlusconi. Il a eu sa récompense, puisqu’il est maintenant président de la Chambre des députés. Pour faire bonne mesure, il ne rate jamais une occasion de baver sur l’Italie mussolinienne (dont même des hommes de gauche italiens reconnaissent qu’elle fut une période positive pour leur pays ! ).

Le syndrome Fini s’inscrit dans le cadre d’une opération de grande ampleur, à l’échelle de l’Europe, destinée à apporter à Israël le soutien de gens de droite et d’extrême droite. Cette opération est un piège redoutable pour les Identitaires.

LE PIEGE

Il s’agit de transposer en Europe l’affrontement qui oppose au Proche-Orient Israël et les Arabo-musulmans. Car en Israël on s’inquiète de voir la montée en puissance démographique des Arabo-musulmans, au Proche-Orient mais aussi en Europe où les communautés juives savent qu’elles peuvent être submergées en cas de guerre ethnique.

Pour nous, Européens, le combat contre les envahisseurs arabo-africains est bien sûr indispensable et plus il reçoit de renforts mieux c’est. Mais en précisant bien que la menace, si elle se couvre d’un voile religieux, l’islam, qui sert de justification (« Allah le veut »), a en fait d’abord et avant tout un caractère ethnique. En clair, si un Maghrébin ou un Noir abandonne l’islam (le cas est peu fréquent), il n’en reste pas moins un Maghrébin ou un Noir, qui par sa présence sur le sol européen menace l’identité ethnique européenne. Le problème est là et il faut en être bien conscient : nous sommes engagés dans une guerre ethnique.

Par ailleurs le combat, juste et nécessaire, contre l’envahisseur africain musulman, est utilisé par certains pour justifier le ralliement à une cause qui n’est pas la nôtre  : la lutte d’Israël contre les Arabo-musulmans.

Les identitaires européens risquent de tomber dans un piège, constitué par l’incitation qui leur est faite de s’impliquer dans une guerre qui ne les concerne pas, celle qui oppose Israël et les peuples arabo-musulmans. Israël et ceux qui lui apportent un soutien inconditionnel veulent en effet transformer les identitaires européens en harkis, conscients ou inconscients, au service d’Israël. L’argument est simple et efficace : au nom de la lutte contre les musulmans, tous ceux qui refusent la montée en puissance de l’islamisme doivent s’unir en un front commun, regroupant les forces identitaires européennes et les partisans d’Israël. Avec, à la clé, un chantage classique : vous ne voulez pas soutenir Israël ? Donc, vous êtes antisémite (l’accusation qui tue…).

Cette stratégie a été illustrée par le rôle de poissons-pilotes joué par des écrivains comme Del Valle et Guillaume Faye (avec son dernier livre, La nouvelle question juive, Les Editions du Lore, 2007).

Elle se manifeste aujourd’hui à travers l’action d’un Patrick Brinkmann, homme d’affaires qu’on a vu surgir récemment dans les milieux d’extrême droite en Europe alors qu’il était jusqu’alors inconnu. Il dispose d’importants moyens financiers (il a promis un don de 5 millions d’euros au parti Pro Köln-Pro NRW) qui lui servent à séduire des gens, dont certains sont des naïfs mais dont d’autres agissent en parfaite connaissance de cause.

Beaucoup de membres de ce qu’il est convenu d’appeler l’extrême droite européenne rêvent d’un brevet d’honorabilité qui, croient-ils, leur permettrait d’entrer dans le jeu politique « normal », c’est à dire, pour être clair, dans le Système en place, avec les avantages très concrets que cela implique. Pour obtenir ce brevet d’honorabilité, il faut être « réalistes », c’est à dire donner des gages.

D’où les prises de position, en Italie, d’un Fini, président de l’Assemblée, ou d’un Alemanno, maire de Rome, en faveur d’Israël ; en Allemagne, d’un Brinkmann, déclarant vouloir organiser un « pèlerinage européen » en Israël ; aux Pays-Bas d’un Geert Wilders dénonçant l’islamisme, lors d’un voyage aux Etats-Unis, et disant d’Israël : « J’ai vécu dans ce pays et je l’ai visité des douzaines de fois. Je supporte Israël. Premièrement parce que c’est le territoire juif depuis deux mille ans d’exil jusqu’à Auschwitz, deuxièmement parce que c’est une démocratie et troisièmement parce que Israël est notre première ligne de défense ».

Dans d’autres pays européens on retrouve de telles prises de position. C’est le cas,  en France d’une Marine Le Pen, membre au Parlement européen, depuis 2005, du groupe d’études des relations avec Israël et qui a souhaité, mais en vain, faire un voyage en Israël.

Insistons quelque peu sur le cas Brinkmann car il est particulièrement révélateur. Il se présente comme le leader d’un mouvement intitulé Bürgerbewegung pro Deutschland. Dans de ses textes (écrits en fait par son « nègre », un certain Andreas Molau) il affirme la nécessité d’une « entente » entre l’Europe et Israël pour leur survie. Il déclare : « La culture juive est pour moi inextricablement liée à la chrétienne. Qui est antisémite est donc contraire à sa propre culture ». Au passage, il explique que dans les années trente sa grand-mère a vécu un grand amour avec un juif, une fille étant née en 1937 de cette relation.

Lors d’un entretien avec l’agence PI, en janvier 2010, il est demandé à Brinkmann quelle est sa relation avec le judaïsme. Il répond : « J’ai visité Israël. Je suis allé à Yad Vashem, non pas comme un touriste, parce que je suis allé pour pleurer (…) Je pense que le judaïsme va de pair avec la culture européenne ».

Lors du congrès du mouvement Pro Köln-Pro NRW, tenu à Leverkusen le 19 février 2010, Brinkmann a déclaré : « Nous considérons le judaïsme comme partie intégrante de la Culture occidentale. Celui qui est antisémite ne peut pas être un vrai patriote (…) Je suis maintenant très fier de participer en Allemagne à la construction d’un parti de droite moderne et sérieux au-delà de tout extrémisme et antisémitisme ».

On sait qu’en Allemagne, depuis 1945, dès qu’un mouvement identitaire se dessine le Système brandit aussitôt l’épouvantail national-socialiste. Chantage imbécile ? Certes. Mais il faut une grande force d’âme pour lui résister.  Même si toutes les études d’opinion montrent que l’antisémitisme est de moins en moins présent en Europe (sauf chez les Arabo-musulmans, pour des raisons liées au conflit du Proche-Orient…).

CONCLUSIONS

Notre rôle, à nous, révolutionnaires identitaires, est de constituer un bastion idéologique inébranlable, qui soit, au-delà des vicissitudes conjoncturelles, le point d’ancrage, de repère des authentiques militants identitaires, sincères, désintéressés, déterminés à suivre un chemin de fidélité. Des militants lucides et ayant chevillée au corps une foi sans faille en notre combat et en notre mission historique. Nous oeuvrons pour l’avenir.

Voici nos principes d’action :

1) Les Européens ne doivent pas se laisser entraîner dans un affrontement entre Israël et les Arabo-Musulmans qui ne les concerne pas. Ce n’est pas notre guerre. Laissons les fils d’Abraham s’écharper entre eux.

2) Les succès électoraux de forces identitaires en Europe sont une très bonne chose et il faut tout faire pour les accroître mais ne nous faisons pas d’illusions : il faudra encore du temps pour que l’on ait la capacité de détruire le Système en place.

3) Il n’empêche que cet objectif doit être notre boussole. Nous combattons pour qu’un jour triomphe la révolution identitaire.

4) Pour cela, il faut maintenir fermement, quoi qu’il arrive, la fidélité à nos principes, à nos convictions, à notre foi solaire. Cette fidélité est notre seule richesse. Préservons-la comme un trésor.

5) Ceci passe par l’affirmation sereine, sans compromis et sans crainte, de notre conception du monde :

– Le métissage est une menace mortelle pour les peuples européens

– Nous refusons et combattons le capitalisme libéral, c’est à dire le règne de l’argent-roi et l’exploitation des travailleurs

– Nous affirmons la nécessité d’une justice sociale, d’un solidarisme identitaire, dans le cadre d’une économie organique

– Nous affirmons la nécessaire prééminence de la souveraineté politique sur les forces économiques, dont la liberté doit être encadrée et arbitrée par le pouvoir politique

– Nous affirmons la nécessité d’une Europe impériale, bloc de puissance permettant de mettre en échec l’hégémonie américano-sioniste

– Nous affirmons la nécessité d’un monde multipolaire, au sein duquel l’Europe pourra défendre ses justes intérêts, y compris en passant des accords avec tel ou tel bloc géopolitique, comme la Chine ou l’Inde

– La solidarité entre l’Europe de l’Ouest et la Russie doit être totale

– En vertu des réalités ethnopolitiques, qui affirment leur force partout dans le monde, nous affirmons la prééminence de LA LOI DU SANG. L’identité est d’abord et avant tout ethnique. Cette réalité va s’affirmer avec toujours plus de force. La révolution du XXIe siècle sera identitaire.

Le mouvement TERRE ET PEUPLE s’engage à collaborer étroitement avec tous les camarades européens qui manifesteront leur accord avec ce texte.

Pierre VIAL, le 5 avril 2010, quelque part en terre d’Europe

Commentaire(s) :

Laisser un commentaire