17 septembre
2013

Jocobinisme et FN en Corse : aucun doute !

  • Publié dans Politica
  • Commentaire(s) : 0  

Jocobinisme et FN en Corse : aucun doute !

Les amateurs de groupusculologie n’ont pas oublié ce moment clé de l’histoire politique de la Corse : l’apparition médiatique en janvier 2005 de l’organisation clandestine  » frontiste de Corse-mouvement du 17 mars ». 

Ce groupe de responsables historiques du Front National en Corse entendait s’opposer à la ligne identitaire « fiamma Corsa » imposée par Olivier Martinelli, directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen, parachuté sur l’ile à l’occasion des élections territoriales de mars 2004 aprés plus de quinze longues années d’echecs. 

Martinelli adopte une intelligente tactique consistant à corsiser en surface le discours lepéniste, mettant de coté le jacobinisme outrancier et les appels à la répression qui caractérisaient jusqu’ici le FN. L’accent est alors mis sur le refus de l’immigration, la faiblesse idéologique du mouvement national corse et Le Pen, suivant les conseils de son bras droit, apporte un soutien explicite aux jeunes Clandestini Corsi, alors en butte à la répression et au lynchage médiatico-judiciaire. 

Les premiers résultats tangibles de ce qui ne resta jamais qu’une simple stratégie de dévérouillage et de siphonnage de l’électorat nationaliste corse, n’apparaissent qu’en 2012. Entre temps, Jean Marie a laissé la place à Marine et Martinelli s’en est allé vers d’autres cieux. 

Le masque est depuis tombé, et le « corsisme » du FN se limite au « Diu vi salve regina » entonné lors des meetings: refus de toute évolution institutionnelle, de la reconnaissance du peuple corse, de la coofficialité de la langue, de la ratification de la charte des langues régionales etc. 
Une orientation ultra jacobine, similaire à celle du Front de Gauche avec lequel le FN s’engage dans une offensive contre les peuples historiques dans l’hexagone même, en Alsace comme en Bretagne . 

Le « canal historique » idéologique du parti lepéniste n’a donc jamais été remis en cause et triomphe sans la moindre difficulté des naîfs, qui, parmi les militants, avaient cru à un réel changement de ligne. 

Pour le FN et ses responsables locaux, la Corse doit sombrer avec le bateau France, aucun destin alternatif ne pouvant être envisagé pour notre pays et notre peuple. 

Face à l’effondrement problable et à moyen terme de tous les cadres institutionnels, politiques, économiques actuels et l’apparition d’entités géopolitiques nouvelles, l’heure n’est plus à la nostalgie mais à l’élaboration de perspectives fondées sur les réalités intangibles de l’Europe des ethnies, des patries charnelles unies dans un projet Traditionnaliste-Révolutionnaire antagoniste à celui de la Subversion mondialiste. 

Un projet dans lequel les illusions tricolores de l’écurie électorale Bleu Marine n’ont pas leur place.

Lire l’article sur : http://corsicapatrianostra.net/index.php?article=170

Ou sur : http://corsicapatrianostra.over-blog.com/article-front-national-en-corse-la-victoire-du-canal-historique-118384257.html

Commentaire(s) :

Laisser un commentaire