11 mars
2015

Perpignan: échauffourée dans le quartier Vernet-Salanque

  • Publié dans Societat
  • Commentaire(s) : 0  

Vers midi et demi ce mercredi, les services de police ont été appelés à intervenir dans le quartier Vernet-Salanque où, selon les témoins, des coups de feu avaient été tirés et plusieurs personnes blessées.

A l’arrivée des premiers équipages de police, la situation était en réalité bien plus confuse que cela puisque 200 à 300 personnes s’étaient rassemblées sur l’esplanade, près du local d’une association rue Clément-Janequin, dans une vive altercation générale. Au vu des proportions prises par cet affrontement, et des risques potentiels, le dispositif policier a très rapidement été renforcé, et la quasi totalité des effectifs du commissariat, appuyés par des renforts de la police aux frontières et la police municipale sont arrivés sur les lieux. Sans encore percevoir les tenants et les aboutissants de l’altercation, les policiers ont dû faire preuve d’autorité pour parvenir à disperser l’attroupement et mettre à l’abri sept individus qui semblaient particulièrement pris à partie.

Un bagarre entre filles à l’origine du différend?

A l’issue, trois personnes soupçonnées d’être les auteurs principaux ont été placées en garde à vue, et quatre blessés légers, dont un policier municipal blessé au cuir chevelu alors qu’il s’interposait entre plusieurs adversaires, ont été conduits à l’hôpital. « A aucun moment les policiers n’ont été pris à partie directement, bien au contraire. Le policier municipal qui a été blessé l’a été par accident », confirme-t-on du côté des autorités.

En début d’après-midi, dans un quartier quadrillé par les forces de l’ordre, les habitants déploraient « le manque de médiateurs promis pendant la campagne », qui aurait selon eux permis d’éviter que la situation ne dégénère. « Parce que tout cela part de deux filles qui se sont battues il y a deux jours, et les familles s’en sont mêlées, expliquait l’un des habitants. Là, des gens extérieurs au quartier sont arrivés à quatre ou cinq, l’un avait un fusil à pompe, il a tiré dans le sol par accident et ensuite il a menacé les jeunes. Et quand des adultes s’en prennent à des jeunes, on ne peut pas le tolérer. C’est pour cela que c’est parti aussi vite. Mais s’il y avait eu des médiateurs, qu’on attend depuis un an, cela ne se serait pas passé comme ça. Les policiers ont bien réagi, mais ils ne sont pas là tout le temps ».

En fin de journée, le dispositif policier a été levé. Des patrouilles visibles sont mises en place dans le quartier afin d’assurer la tranquillité.

Source: l’Indépendant 

Voir la vidéo prise par un riverain

https://fbstatic-a.akamaihd.net/rsrc.php/v2/y4/r/-PAXP-deijE.gif

Commentaire(s) :

Laisser un commentaire