22 mars
2016

LE FOUTAGE DE GUEULE DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL (CESER)

Nom de la région

Au départ de la procédure du nom de la nouvelle région, Carole Delga nous avait gratifié d’un discours consensuel quant à sa méthode : « Exigences et méthode seront essentielles pour guider ce processus qui se présentera sous la forme d’une consultation inédite, innovante et transparente, afin de permettre au plus grand nombre de citoyennes et de citoyens de donner leur avis sur le nom de leur future Région ».

Patatras… quelques jours plus tard, réunis à Montpellier, les culs de plomb du Conseil Economique et Social, qui ne représentent qu’eux mêmes, mais qui nous coûtent fort cher, au lieu de réserver leur avis à la présidente de la région, ont rendu publique leur préférence. Evidemment ils ont choisi le nom le plus tiède « Languedoc-Pyrénées » auquel ils auraient pu associer « méditerranée » pour faire plus exotique . On sent déjà le coup fourré, quand on sait que ces gens là ne sont pas issus du suffrage populaire et que l’opération a été montée par le préfet qui lui non plus n’est pas élu. On s’étonne qu’à l’instar de « Hauts de France », ils n’aient pas choisi « Bas de France » qui aurait été très bien vu des élites parisiennes et les cabinets ministériels.

De toute façon on n’a pas élu une présidente de région lors des élections régionales des 6 et 19 décembre 2015 pour recevoir des leçons d’un quelconque « Comité Théodule » dirigé depuis 20 ans par un syndicaliste CFDT, à la botte du jacobinisme parisien et, qui sait, d’une multinationale. Interrogé par « Objectif Languedoc-Roussillon » Jean-Louis Chauzy, président du CESER, avoue : « Nous avons auditionné les meilleurs historiens et géographes de la région (des noms ?…des noms ?) , ainsi que des dirigeants tels que ceux d’Airbus. Ceux-ci préconisent que le terme Pyrénées précède celui de Languedoc car le premier est plus connu à l’international». Autrement dit les « imbéciles d’en bas » de la nouvelle région vivront -si nous ne nous y opposons pas- avec une marque commerciale au dessus de leurs têtes qui servira les intérêts d’une multinationale et de ses actionnaires.

Une fois de plus cette démarche s’inscrit, tant dans le fond que dans la forme, dans le divorce abyssal entre la population et les pseudos élites puisque seulement 10 % des membres du CESER avaient opté pour Occcitanie, alors que dans ses différentes acceptions, cette proposition avait recueilli 60 % des suffrages lors de la consultation populaire organisée par la Presse Quotidienne Régionale en septembre 2015.

Pour nous Identitaires, la détermination du nom de la Région ne peut se faire qu’à partir des identités charnelles de la population qui occupe ce territoire depuis des siècles et qui a connu ses heures de gloire ou de souffrance… depuis la croisade des albigeois, la splendeur des Comtes de Toulouse, la conquête des libertés municipales, le royaume de Mallorca, les jacqueries paysannes, les luttes ouvrières du 19ème siècle, la Commune de Narbonne, la révolte du Midi viticole…sans oublier la prospérité du 17ème siècle où elle fut une des régions les plus riches de France.

De Toulouse à Montpellier, de Beaucaire à Montauban, de Carmaux à Perpignan…

En avant pour la région
OCCITANIE-PAYS CATALAN

    N.B : Richard Roudier et Llorenç Perrié Albanell viennent de demander une entrevue à Carole Delga afin de recueillir ses explications sur cette pantalonnade.

    Ligue du Midi

Commentaire(s) :

Laisser un commentaire